Tuesday , October 27 2020
Home / ARTIFICIAL INTELLIGENCE / Accusé de harcèlement en ligne, le youtubeur Marvel Fitness devant la justice

Accusé de harcèlement en ligne, le youtubeur Marvel Fitness devant la justice

Laure-Alice Bouvier a les traits tirés : « Tous les matins je me lève avec la boule au ventre parce que je ne sais pas ce que je vais recevoir, parfois je n’ose même pas regarder mon téléphone. » Lundi 21 septembre se tient le procès de l’homme que l’avocate de 34 ans accuse de harcèlement depuis un an et demi. Une affaire dans laquelle elle défend également huit autres plaignants.

Habannou S., youtubeur connu sous le nom de Marvel Fitness, est renvoyé devant la chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Versailles. Il comparaît pour « envoi de messages haineux, outrageants ou insultants ayant entraîné une dégradation des conditions de vie et une altération de la santé physique ou mentale des victimes », « envoi de messages malveillants réitérés en vue de troubler la tranquillité », et « violences sur avocat ». Il encourt jusqu’à trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende.

L’homme âgé de 31 ans a créé la chaîne Marvel Fitness en 2015 et compte aujourd’hui 146 000 abonnés. Au début, il publiait des vidéos de conseils pour les séances de musculation et de sport. Mais, peu à peu, le youtubeur a versé dans la critique d’autres « influenceurs » et de certains sportifs. Ses « dramas », comme il les appelle, ont fini par prendre une place importante sur sa chaîne, où les moindres rebondissements sont relatés. Aujourd’hui, Marvel Fitness est accusé par six femmes et trois hommes d’un harcèlement en ligne virulent, qui dure souvent plusieurs mois. La plupart des plaignants appartiennent au monde des « influenceurs », notamment dans le milieu du fitness.

Lire aussi Julie Hainaut, harcelée sur Internet par des néonazis, attend toujours justice

« Je n’ai pas eu un seul moment de répit »

Pour Laure-Alice Bouvier tout a commencé en mars 2019, lorsqu’un des plaignants la contacte au sujet d’une vidéo contenant une attaque raciste. L’avocate envoie alors un courrier de mise en garde à Marvel Fitness. Le lendemain, elle fait elle-même l’objet d’une vidéo l’attaquant. « A partir de ce moment-là, je n’ai pas eu un seul moment de répit », explique-t-elle, décrivant des attaques quotidiennes, publiées sur les réseaux sociaux, sur son physique et son métier. « Il appelle nos ex, nos proches, notre famille, c’est une entreprise de destruction sur le plan professionnel et personnel », ajoute l’avocate, qui est par ailleurs elle aussi influenceuse.

Plusieurs plaignants décrivent des faits similaires. Un premier accrochage dans un commentaire sur Instagram, YouTube ou Twitter amorce une vague de harcèlement en ligne. Tout au long des plaintes, dont Le Monde a pris connaissance, Marvel Fitness est accusé non seulement d’avoir lui-même tenu des propos injurieux ou menaçants envers ceux qu’il considère comme ses ennemis, mais aussi d’avoir encouragé ses abonnés et sa communauté à amplifier ces attaques, notamment en repartageant les injures envoyées.

« Je compte sur vous pour aller gang bang en commentaire », écrit une fois Habannou S., incitant sa communauté à harceler une plaignante. « J’ai alors reçu des dizaines de messages insultants », témoigne une victime présumée devant les enquêteurs. Dans les plaintes, le youtubeur est également accusé d’avoir tenu des propos misogynes, homophobes et racistes envers certaines parties civiles.

Parfois, le harcèlement s’invite dans « la vraie vie ». Une jeune femme, influenceuse sur Instagram, déclare ainsi avoir pris peur après des menaces de violences physiques prononcées par le prévenu. En 2019, elle a notamment demandé à être exfiltrée d’un salon de fitness par la sécurité, car « Marvel » était présent et disait la chercher sur les réseaux sociaux.

Marvel Fitness nie les faits

Devant les enquêteurs, Habannou S. nie les faits de harcèlement. « Ça reste ce que l’on appelle du “drama”, du clash via les réseaux sociaux », déclare lors de son audition du 8 août 2019 celui qui se décrit comme « un polémiste ». Selon lui, « il n’y a pas de harcèlement ni de menaces physiques », évoquant des propos « mal interprétés » et « sortis de leur contexte ». Il ajoute que les insultes et attaques venant d’autres internautes ne peuvent pas lui être imputées. Le youtubeur se dit également lui-même victime « de messages d’insultes, de menaces à caractères raciste », venant de la communauté de l’une des parties civiles.

Joint par Le Monde, Marc Goudarzian, son avocat, compte demander la relaxe et estime que les faits reprochés relèvent de la liberté d’expression et du droit de la presse. Il dénonce également le statut d’avocate et de plaignante de Laure-Alice Bouvier. Surtout, le conseil évoque un dossier « irrégulier », qui comprend « plein d’erreurs de procédure », justifiant une demande de nullité.

L’affaire a pris ces derniers jours une tournure militante. Marvel Fitness a invité ses soutiens à venir devant le tribunal de Versailles avant le procès. En réponse, le collectif féministe #NousToutes a appelé à un rassemblement « pour apporter notre soutien aux femmes qui osent parler et porter la voix de celles qui ont encore trop peur », selon Pauline Baron, organisatrice de la mobilisation. « Ce soutien permet de déboulonner la stratégie d’oppression sexiste de l’agresseur, dont l’un des éléments clés est l’isolement des victimes, d’autant plus dans les affaires de harcèlement en ligne », poursuit la militante.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *