Friday , October 23 2020
Home / ARTIFICIAL INTELLIGENCE / Facebook interdit les publicités pour les « mouvements armés » et la mouvance Qanon

Facebook interdit les publicités pour les « mouvements armés » et la mouvance Qanon

« A partir de [jeudi 1er octobre], nous interdisons sur nos plates-formes toutes les publicités qui font l’apologie, soutiennent ou évoquent des mouvements armés ou le mouvement Qanon » : Facebook a annoncé, ces deux derniers jours, une nouvelle série de mesures visant à lutter contre certains groupes et la diffusion de fausses informations sur sa plate-forme.

Parmi elles, une interdiction large concernant les publicités. Jusqu’à présent, certains groupes armés ou des comptes liés au mouvement conspirationniste Qanon, identifié par le FBI comme présentant un potentiel risque de terrorisme domestique, pouvaient librement diffuser des publicités sur Facebook ou Instagram – qui appartient à la même entreprise. D’autres groupes, comme les Proud Boys, une milice d’extrême droite évoquée lors du premier débat télévisé entre Donald Trump et Joe Biden, sont entièrement interdits sur Facebook, parfois depuis plusieurs années.

Lire aussi Facebook retire les comptes du groupe américain d’extrême droite Patriot Prayer

Facebook a également présenté plusieurs nouvelles fonctionnalités pour ses groupes, ces forums internes au réseau social, qui peuvent être publics ou fermés – dans ce dernier cas, il faut s’y inscrire et être approuvé par les administrateurs pour pouvoir lire leurs contenus et y écrire. Parmi les principales nouveautés, Facebook proposera désormais un outil de modération automatique, qui permet par exemple aux administrateurs de rejeter automatiquement les messages contenant certains mots. Les groupes publics seront également davantage mis en avant dans le fil d’actualité des utilisateurs.

Groupes privés

Les groupes privés de Facebook sont régulièrement pointés du doigt comme étant un outil de radicalisation très puissant, qui bénéficie à différentes mouvances extrémistes. Aisément accessibles mais avec un contenu caché, souvent faiblement modérés par leurs administrateurs, ils sont soupçonnés d’avoir largement contribué à l’émergence de diverses théories du complot.

Facebook affirme également avoir mis en place un système de recommandation de pages fiables pour les sujets liés à la pédophilie. Depuis cet été, un important mouvement antipédophilie, connexe au mouvement Qanon, diffuse de nombreuses théories du complot évoquant l’implication d’une « élite pédosataniste » dans un vaste complot responsable, selon lui, de centaines de milliers d’enlèvements chaque année. Plusieurs cas de tentatives d’enlèvement, menées par des personnes persuadées qu’elles « sauvaient » des enfants, ont été signalés aux Etats-Unis cet été.

Lire aussi Facebook supprime 900 pages et groupes liés à la théorie complotiste QAnon

Le Monde

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *