Friday , September 18 2020
Home / ARTIFICIAL INTELLIGENCE / Facebook retire les comptes du groupe américain d’extrême droite Patriot Prayer

Facebook retire les comptes du groupe américain d’extrême droite Patriot Prayer

Facebook a retiré les comptes du groupe américain d’extrême droite Patriot Prayer, impliqué dans des violences contre des manifestants antiracisme à Portland depuis des semaines, et dont l’un des membres est a été abattu samedi 29 août.

Les pages de ce groupuscule ont été enlevées de Facebook et Instagram « dans le cadre de nos efforts en cours pour bannir les milices violentes de notre plateforme », a indiqué Facebook à l’Agence France-Presse, vendredi 4 septembre.

Dans la ville de Portland, dans le nord-ouest des Etats-Unis, des manifestants protestent sans relâche contre les brutalités policières depuis la mort du quadragénaire noir George Floyd sous le genou d’un policier blanc à Minneapolis fin mai.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Présidentielle américaine, J – 62 : Donald Trump refuse de condamner la violence d’extrême droite

Mais des partisans de Donald Trump, dont des membres de mouvements suprémacistes blancs comme les Proud Boys ou les Patriot Prayer, défient régulièrement les militants du mouvement antiraciste Black Lives Matter.

Un règlement mis à jour récemment

Un membre des Patriot Prayer a été tué par balle samedi. Le suspect de ce crime, qui se disait « 100 % Antifa », est mort cinq jours plus tard lors de son interpellation par des forces fédérales.

Le groupe et son fondateur, Joey Gibson, ont toujours assuré qu’ils étaient une organisation chrétienne. Facebook, régulièrement accusé par des ONG et politiques de gauche de laxisme avec les mouvements qui incitent à la haine, a retiré les pages du groupe conformément à une mise à jour récente de son règlement pour mieux enrayer la propagation des mouvements incitant à la haine et aux violences.

Lire aussi Deux mois avant l’élection présidentielle américaine, Facebook tente de consolider ses défenses

Mi-août, le géant des réseaux sociaux a ainsi banni ou imposé des restrictions à des milliers de comptes d’extrême droite, notamment liés à la mouvance « QAnon », un ensemble de théories conspirationnistes propagées principalement par des partisans de Donald Trump.

Lire aussi Qu’est-ce que « QAnon », le phénomène complotiste visible dans les meetings de Trump ?

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *