Friday , September 18 2020
Home / ARTIFICIAL INTELLIGENCE / Le billet sciences. A l’heure de la 5G, quels sont les effets des ondes sur la santé ?

Le billet sciences. A l’heure de la 5G, quels sont les effets des ondes sur la santé ?

La 5G est pour l’instant la promesse de nouvelles applications. Photo d’illustration au salon Electronic Entertainment Expo 2019, consacré aux jeux vidéo, à Los Angeles. (FREDERIC J. BROWN / AFP)

Bien avant la 5G, le Wifi, le Bluetooth, la 3G, les antennes relais ont tous suscité des inquiétudes lors de leur développement. Depuis 20 ans, les études se multiplient sur les ondes ou les radiofréquences. Si on ne peut pas dire que cela n’a aucun effet sur le corps et la santé, y voir un risque sanitaire est encore difficile pour les autorités. Les chercheurs, eux, tentent de trouver un juste milieu et font des recommandations d’usage. 

Le principal effet connu est l’effet thermique. Vous en avez déjà fait l’expérience avec votre téléphone portable quand il vous chauffe l’oreille. C’est sur cette base que l’on a fixé des seuils sanitaires à ne pas dépasser, des débits d’absorption pour les appareils pour éviter qu’ils nous cuisent. L’Anses, l’agence d’évaluation sanitaire a fait des recommandations comme de ne pas coller son téléphone à l’oreille plus de 30 min par jour, utiliser plutôt un kit mains libre, limiter la durée d’exposition des enfants, eux qui sont nés dans les ondes. Certaines études épidémiologiques ont aussi montré qu’un usage intensif pouvait augmenter le risque de cancer du cerveau, d’autres études donnent des résultats totalement différents.    

Il y a deux ans, une étude américaine de grande ampleur faite sur des rats a montré que ceux qui étaient exposés aux ondes de portable avaient plus de tumeurs au cerveau et de problèmes cardiaques que ceux qui n’avaient pas été exposés. Mais les effets sur l’animal ne sont pas toujours valables chez les hommes. De plus, les chercheurs n’ont vu aucune différence sur les rats femelles de l’expérience sans pouvoir l’expliquer. Il est donc difficile de conclure que trop d’ondes donnent le cancer. L’OMS les a classées tout de même même comme cancérogènes possibles, c’est-à-dire qu’elle considère que l’on voit des effets mais que la corrélation n’est pas sûre, contrairement aux rayons UV par exemple.  

La 5G aura des fréquences jusqu’à 25 fois plus élevées que la 3G, sa bande d’usage pour la téléphonie mobile sera aussi un peu plus élevée que celle actuellement utilisée. Pour cette technologie les chercheurs reconnaissent ne pas avoir beaucoup de recul, puisqu’elle est naissante et qu’elle doit connecter aussi beaucoup plus d’objets que nos portables.

En début d’année, l’Anses expliquait qu’elle disposait de très peu de données scientifiques sur le sujet. C’est aussi pour cela que le gouvernement a commandé à l’IGAS et au CGDD, un rapport sur la façon dont les pays qui développent déjà la 5G gèrent ses effets sanitaires. Mais les chercheurs rappellent aussi que plus la fréquence est élevée moins les ondes pénètrent les tissus humains, alors ce qu’ils veulent comprendre ce sont surtout les effets sur la peau plus que sur le cerveau. On attend un rapport et un avis de l’Anses, l’an prochain.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *