Saturday , September 19 2020
Home / ARTIFICIAL INTELLIGENCE / « Le boycott de Facebook par les annonceurs rebat les cartes de l’industrie publicitaire »

« Le boycott de Facebook par les annonceurs rebat les cartes de l’industrie publicitaire »

Tribune. Le 26 juin, dix-neuf annonceurs majeurs, dont Coca-Cola, Honda, Ben & Jerry’s et Verizon, ont suspendu leurs publicités Facebook. Derrière ces boycotts en chaîne se trouve #stophateforprofit : un mouvement d’annonceurs las du laisser-faire de Facebook vis-à-vis des contenus politiques. Accusée d’indifférence face aux propos discriminatoires et violents, la plate-forme a annoncé un durcissement de sa politique de modération.

Après l’affaires Cambridge Analytica, Facebook pensait pourtant en avoir fini avec les boycotts. Dans ce scandale remontant à 2018, c’étaient les publicités politiques et leurs technologies de ciblage qui étaient dans la mire du régulateur. Mais aujourd’hui, la polémique porte précisément sur les contenus entre les publicités.

Lire aussi Sous pression, Facebook annonce un durcissement de sa politique de modération

Publicité et média ont partie liée et s’engendrent mutuellement. Au point que ce qu’il y a autour de la publicité compte autant que la publicité elle-même. Aujourd’hui, les annonceurs subissent le voisinage des contenus politiques. Et en premier lieu des publications frénétiques de Donald Trump (11 000 Tweet en trois ans).

Un modèle d’affaires menacé

Car, derrière le militantisme des marques, il y a surtout le fait que le contexte compte. Les médias sociaux font peser le poids du contexte sur les publicités. On entre ici dans ce que les économistes nomment des « externalités », c’est-à-dire l’action d’un tiers (le contexte) sur un agent (les annonceurs) qui ne fait pas l’objet d’une compensation de la part d’un autre agent (la plate-forme).

La volonté de Facebook de se définir en hébergeur pour laisser libre cours aux discours politiques menace son modèle d’affaires lourdement dépendant des publicités

La volonté de Facebook de se définir en hébergeur pour laisser libre cours aux discours politiques lui fut d’abord utile. Elle lui a permis de s’assurer des revenus publicitaires ainsi que du trafic émanant de l’activité politique. Mais, aujourd’hui, cette position menace son modèle d’affaires lourdement dépendant des publicités.

Car, en ligne, les outils de ciblage offrent deux possibilités.

Les annonceurs peuvent cibler un contexte. C’est ce que Google permet en vendant des espaces sur les résultats de requêtes contenant des mots-clés spécifiques. Les annonceurs cherchent alors les contextes dans lesquels leur publicité s’insérera le mieux.

Lire aussi Haine en ligne : le boycottage d’annonceurs oblige Facebook à fléchir

Mais ils peuvent aussi choisir de cibler une audience précise à partir des données personnelles des utilisateurs d’un service. C’est ce que permettent les médias sociaux.

Il vous reste 35.77% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *