Wednesday , September 23 2020
Home / ARTIFICIAL INTELLIGENCE / Le nombre de plaintes à la CNIL en hausse de 27 % en 2019

Le nombre de plaintes à la CNIL en hausse de 27 % en 2019

Publication de données personnelles, vidéosurveillance… Les plaintes déposées auprès du gardien de la vie privée des Français face au numérique ont augmenté de 27 % en 2019 pour atteindre 14 137, selon le rapport d’activité annuel de l’institution publié mardi 9 juin.

Comme en 2018, année qui avait déjà connu une nette hausse du nombre de plaintes, ce chiffre témoigne de « la très forte mobilisation autour du RGPD (règlement général sur la protection des données) », observe la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL).

Surveillance des salariés

Entré en vigueur à la mi-2018, le RGPD renforce les obligations des entreprises concernant le traitement des données personnelles et fait planer sur elles le risque d’une sanction de 4 % de leur chiffre d’affaires en cas de non-respect. En 2018, le nombre de plaintes à la CNIL avait augmenté de 32 %. « Près d’un tiers des plaintes porte sur la publication de données personnelles (identité, photographies, vidéos, etc.) sur Internet (moteurs de recherche, réseaux sociaux, sites personnels, presse en ligne, annuaires…) », note la CNIL.

Lire aussi Faire respecter le RGPD, principale mission de Marie-Laure Denis, nouvelle présidente de la CNIL

Par ailleurs, 10,7 % des plaintes concernent « la surveillance des employés sur leur lieu ou pendant leur temps de travail », au moyen d’outils tels que la vidéosurveillance, la géolocalisation ou les écoutes téléphoniques. « La vidéosurveillance concentre le plus de plaintes, notamment lorsque les caméras filment les postes de travail en permanence ou les lieux de pause, enregistrent le son ou lorsque les images sont visibles à distance », note la CNIL, qui relève également que ces plaintes ne visent pas que des acteurs privés, mais aussi des acteurs publics.

Lire aussi Que s’est-il passé en un an de RGPD, la loi censée protéger vos données ?

Une amende record infligée à Google

Côté répression, le nombre de mises en demeure est légèrement en baisse en 2019 (42 contre 49), comme le nombre de sanctions (8 contre 11). En revanche, le montant total de ces dernières atteint 51,37 millions d’euros (1,196 million en 2018), du fait de l’amende record de 50 millions d’euros infligée à Google en janvier 2019.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « 2019 aura été l’année du “techlash” »

L’entreprise avait été sanctionnée pour défaut d’information de ses utilisateurs sur l’exploitation de leurs données personnelles. Cette amende, contre laquelle Google a fait appel, était rendue possible par le RGPD, qui prévoit désormais des sanctions pouvant aller jusqu’à 4 % de leur chiffre d’affaires pour les entreprises ne respectant pas la vie privée de leurs utilisateurs, à des fins publicitaires par exemple.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi RGPD : « Les Américains considèrent la donnée personnelle comme un simple bien commercialisable »

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *