Wednesday , September 23 2020
Home / ARTIFICIAL INTELLIGENCE / Les fans de K-pop, soutiens inattendus du mouvement Black Lives Matter

Les fans de K-pop, soutiens inattendus du mouvement Black Lives Matter

A Philadelphie (Pennsylvanie), le 1er juin 2020. MARK MAKELA / AFP

Alors que les manifestations se poursuivent aux Etats-Unis, une semaine après la mort de George Floyd, le 25 mai, survenue lors de son interpellation par la police de Minneapolis (Minnesota), les Américains dénonçant le racisme et les violences policières ont trouvé un soutien de poids en ligne : les fans de K-pop (pop sud-coréenne).

Le site musical spécialisé Billboard explique notamment le phénomène par le fait que la musique coréenne est « une industrie fortement inspirée et influencée par la musique et la culture noire ». Si les premiers à avoir réagi au mouvement sont les artistes coréo-américains et de hip-hop, « l’impact s’est étendu à de nombreux artistes différents, utilisant leurs plates-formes et encourageant leurs fans à faire des dons, à agir en tant qu’alliés et à agir au nom de Black Lives Matter [« les vies noires comptent »] », explique Billboard.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Respectez notre existence ou attendez-vous à notre résistance » : dans les manifestations aux Etats-Unis, la rage d’une foule aussi blanche que noire

On a ainsi vu des artistes comme Jay Park, Tiger JK, Mark Tuan, du groupe GOT7, ou Amber Liu prendre la parole sur les réseaux sociaux. Certains ont partagé des pétitions, annoncé avoir fait des dons au mouvement Black Lives Matter, et encouragé leurs abonnés à s’informer et s’éduquer sur ces questions.

« Sensibilisation aux questions raciales et culturelles »

Leurs fans leur ont visiblement emboîté le pas pour protester en ligne. Si cela peut s’expliquer en partie par l’engagement de leurs artistes préférés, Michelle Cho, enseignante-chercheuse à l’université de Toronto, l’explique aussi par le fait qu’en Amérique du Nord, « les groupes de fans de K-pop sont principalement composés de personnes non blanches, considérablement queer, et très présentes sur les réseaux sociaux. La sensibilisation aux questions raciales et culturelles fait partie des caractéristiques principales des conventions de fans comme KCON ».

Quoi qu’il en soit, comme l’a remarqué le site Mashable, les fans de K-pop ont décidé d’embrasser cette cause, et de mettre toutes leurs connaissances et leurs savoir-faire en matière de réseaux sociaux au profit de Black Lives Matter. Beaucoup d’entre eux ont ainsi décidé d’arrêter les initiatives pour promouvoir leurs artistes préférés (et les faire remonter parmi les sujets les plus discutés) pour laisser la place à Black Lives Matter. « Dans un moment d’unité, les fans de plusieurs groupes de K-pop ont décidé qu’il y avait des hashtags plus importants en ce moment », résume l’article du site.

Faire remonter un hashtag ou un sujet en tête des tendances n’est pas complètement trivial. Il permet de lui donner de la visibilité, et de pousser des personnes qui ne se seraient jamais intéressées à un sujet à le découvrir et à en discuter.

Contrer une application de la police de Dallas

Mais certains ne se sont pas arrêtés à cela. Après la publication de la vidéo de membres se revendiquant d’Anonymous, l’anthropologue Gabriella Coleman a remarqué que sa circulation a notamment été rendue virale grâce à la participation de nombreux comptes de fans de K-pop : « Ce sont eux qui ont fait de la vidéo l’un des sujets les plus discutés sur Twitter, explique-t-elle au Monde. Ils sont très forts pour amplifier certains sujets. Ils ont peut-être aussi recours à des bots, comme le faisait Anonymous par le passé. C’est aussi à ça que l’on reconnaît des groupes qui s’y connaissent. »

Dans la nuit de dimanche à lundi, certains sont allés plus loin en s’en prenant à une application de la police de Dallas. Un peu plus tôt, les services de police de la ville du Texas avaient appelé les citoyens à leur envoyer, dans une application, des vidéos d’activités illégales pendant les manifestations Black Lives Matter.

Certains ont rapidement répondu en noyant les mentions du compte avec des photographies, des vidéos, mais aussi des photos et des vidéomontages de leurs artistes préférés. D’autres en ont fait de même sur l’application. Quelques heures plus tard, les services de police de la ville texane indiquaient que l’application ne fonctionnait plus « à cause de problèmes techniques ». Comme le rappelle justement BuzzFeed, on ne sait pas « si les fans de K-pop de Twitter ont submergé l’application de flux, ce qui l’a empêchée de fonctionner, ou si le service de police voulait simplement que les gens cessent de soumettre des photos et des vidéos sur l’application ».

Les protestataires, eux, ont fêté cela comme une victoire, avant de prendre conscience qu’ils avaient peut-être joué avec le feu en confiant leurs données personnelles à une application de la police.

Lire aussi Etats-Unis : après la mort de George Floyd, le masque des Anonymous resurgit

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *