Friday , October 23 2020
Home / ARTIFICIAL INTELLIGENCE / Les meilleurs babyphones vidéo

Les meilleurs babyphones vidéo

Ce test a été réalisé aux États-Unis et a été initialement publié en anglais sur le site Wirecutter. Vous pouvez le lire ici en version originale.

Après avoir testé 45 babyphones et avoir vécu avec quelques-uns d’entre eux pendant sept ans en tant que parents, nous sommes convaincus que le meilleur modèle actuellement disponible est le nouvel Eufy SpaceView. Sur un marché qui regorge de produits de qualité médiocre et au design dépassé, l’Eufy se démarque à peu près dans tous les domaines ! La qualité vidéo, la portée du signal, l’autonomie et l’interface utilisateur, et même l’amplitude d’orientation et d’inclinaison de la caméra sont au top du top.

Étant donné qu’il n’est disponible que depuis septembre 2018, l’Eufy SpaceView n’a pas l’historique d’une valeur sûre comme l’Infant Optics DXR-8, notre ancien favori. Mais ses fonctionnalités sont tellement supérieures à celles de l’Infant et de tous les autres babyphones à flux vidéo local que c’est celui que nous recommandons, en toute confiance. Globalement, nous préférons les babyphones comme l’Eufy et l’Infant Optics qui s’appuient sur un flux vidéo local, plutôt que le Wi-Fi, car ils sont beaucoup plus fiables et moins vulnérables en termes de sécurité. Mais on ne peut pas utiliser l’écran de ces babyphones « locaux » à distance. Si vous voulez regarder votre bout de chou quand vous êtes à l’extérieur, il vous faut un babyphone Wi-Fi comme l’Arlo Baby ci-après.

Notre deuxième choix

Infant Optics DXR-8

Un babyphone simple qui a fait ses preuves

Avec son interface élémentaire et une qualité d’image acceptable, le très fiable Infant Optics DXR-8 a conquis des milliers de parents, même si son design est dépassé.

Produit indisponible

Avant l’arrivée en 2018 de l’Eufy, l’Infant Optics DXR-8 était le meilleur babyphone vidéo du marché. Par rapport à ses concurrents, il s’agissait du leader historique, dans une catégorie souvent médiocre. Comme l’Eufy, il ne propose que la vidéo locale, sans Wi-Fi et donc sans accès à distance ; nous préférons ce système pour ceux qui veulent utiliser leur babyphone uniquement chez eux. Il est doté d’une interface intuitive, d’une qualité d’image acceptable, d’une portée satisfaisante et d’une bonne autonomie sur l’unité parentale. Sur ses dizaines de milliers de propriétaires, la majorité apprécie sa simplicité et sa fiabilité. Certains utilisateurs se sont plaints de la dégradation de l’autonomie et de la vitesse de chargement avec le temps, mais il s’agit malheureusement de problèmes courants sur les babyphones vidéo, et le fabricant est connu pour la réactivité de son service client en cas de problème.

La plupart des parents souhaitent utiliser leur babyphone chez eux, pendant la nuit ; ils activent le son en arrière-plan et consultent la vidéo de temps en temps. Les unités à flux vidéo local comme nos favoris simplifient cette tâche et sont plus fiables que leurs concurrents connectés à Internet. Mais si vous voulez accéder au babyphone quand vous n’êtes pas chez vous, l’Arlo Baby est le meilleur modèle équipé du Wi-Fi. L’Arlo n’est pas fourni avec un écran. Il diffuse en temps réel des images de bonne qualité sur l’appli Arlo de votre smartphone et peut même enregistrer des séquences. Par rapport à d’autres modèles Wi-Fi, l’Arlo présente plusieurs avantages : un historique plus long, un plus grand nombre d’utilisateurs, une appli fiable, et de très bons avis, ainsi que la possibilité rare de diffuser du son en arrière-plan lorsque l’écran du téléphone est éteint. Mais étant donné que l’Arlo utilise votre téléphone et une connexion Internet, vous risquez de rencontrer des problèmes comme la difficulté à maintenir une connexion. Si ces désagréments sont en soi mineurs, ils deviennent plus gênants lorsqu’on essaie de voir son enfant. Par ailleurs, quand on jette un œil à son téléphone au beau milieu de la nuit pour voir comment se porte le petit, on peut se retrouver face à des notifications dont on se serait bien passé.

Nous souhaitions recommander un babyphone très accessible, mais les modèles vidéo à bas prix offrent une qualité d’image tellement médiocre que nous avons conclu qu’il valait mieux opter pour un babyphone audio de qualité comme le VTech DM221. C’est la meilleure vente dans sa catégorie, avec de bons avis. Il offre un son net, une fonctionnalité talk-back plus efficace que sur les meilleurs babyphones vidéo que nous avons trouvés, une portée plus longue et une meilleure autonomie que nos favoris vidéo. Il bat facilement ses concurrents audio sur différents critères élémentaires : il est sans fil, rechargeable, et souvent moins cher.

Notre sélection des meilleurs babyphones vidéos

Le test complet

Pourquoi vous pouvez nous faire confiance

Avant que ce projet ne démarre au printemps 2017, les rédacteurs de ce guide ont chacun cumulé plus de six ans d’utilisation de babyphones en usage familial. Pendant les phases de tests de cette enquête, nous avons consacré plus de trois mois consécutifs à des essais non-stop, jour et nuit, en passant d’un modèle à l’autre dans différentes pièces de notre logement.

Nous avons également discuté des risques pour la sécurité avec Mark Stanislav, directeur de la sécurité des applications pour Duo Security et auteur de Hacking IoT : A Case Study on Baby Monitor Exposures and Vulnerabilities (PDF en anglais). Ses recherches ont été abondemment citées par la presse américaine, et notamment par The Wall Street Journal, The Associated Press, CNET, Forbes, et l’émission Good Morning America.

À qui s’adressent les babyphones vidéo

Tout le monde n’a pas besoin d’un babyphone vidéo. Si vous vivez dans un logement de petite taille, si vous restez toujours tout près de votre enfant ou si vous ne ressentez pas le besoin de surveiller votre enfant pendant qu’il dort (il est difficile de ne pas entendre un enfant pleurer !), un babyphone vous semblera peut-être inutile. D’autres personnes souhaiteront jeter un œil sur le berceau très occasionnellement, par exemple quand elles sont dans le jardin et qu’elles veulent savoir quand le bébé se réveille de sa sieste.

Mais, pour de nombreux parents, un babyphone fait partie intégrante du quotidien. Si vous avez besoin de vérifier visuellement que votre bébé est bien endormi pour pouvoir vous détendre, il peut devenir une nécessité. Un babyphone comprend une caméra et/ou un micro près du lit à barreaux et une unité parentale rechargeable distincte (c’est-à-dire un écran ; pour certains modèles, il s’agit de votre téléphone) qui se connecte sans fil et peut vous suivre à travers la maison, en fonctionnant sur une prise secteur ou sur batterie. Les babyphones sont surtout utilisés pour les nouveau-nés, mais même lorsque le stade du nourrisson est passé, vous pourrez apprécier cet accessoire qui permet de vérifier facilement si votre enfant dort toujours, respire bien, ou s’il est tout simplement encore dans la pièce. C’est même assez sympa de pouvoir voir vos enfants couchés, en train de rêver joyeusement, de dormir dans de nouvelles positions adorables avec leurs doudous et, plus généralement, de voir qu’ils vont bien.

La plupart des babyphones sont conçus pour être utilisés à domicile, en général lorsque le bébé se trouve à moins de 30 mètres, à portée du flux vidéo local qui n’utilise pas Internet. Mais nombreux sont ceux qui préfèrent utiliser leur babyphone à distance, pour voir ce qui se passe chez eux quand ils sont au travail, en voyage ou en rendez-vous à l’extérieur. Dans ce cas, un babyphone Wi-Fi est la meilleure solution. Les modèles Wi-Fi fonctionnent bien à domicile, aussi, mais ils sont moins simples à utiliser. Ils font subir les désagréments d’une connexion et d’une identification, sans parler des éventuels problèmes de sécurité sur le web.

Notre premier groupe de test (dans le sens des aiguilles d’une montre en partant du fond) : un modèle audio, le VTech DM221 ; notre deuxième choix, l’Infant Optics DXR-8 ; et un babyphone Samsung qui n’est plus commercialisé, un ancien deuxième choix.

Nous avons commencé notre recherche de babyphones comme toute personne… qui aurait des dizaines d’heures à y consacrer. D’abord, nous avons épluché une longue liste de best sellers chez Amazon, Walmart, Target, BuyBuy Baby et Costco. Nous avons trouvé des modèles recommandés dans des articles de PCMag, Reviewed et Tom’s Guide. Nous avons aussi lu un grand nombre de discussions entre parents dans les avis Amazon : quelles fonctionnalités sont les plus utiles, selon eux, et quels problèmes ils observent. Avec tous ces éléments en tête, et en comparant ces préoccupations aux éléments que nous avons appréciés ou non au cours de nos années d’utilisation, nous avons établi les critères de sélection suivants :

Type : après avoir étudié les différentes possibilités et en ayant pesé les avantages et les inconvénients (que nous avons souvent expérimentés nous-mêmes), nous avons conclu que notre babyphone idéal serait un babyphone vidéo RF (fréquence radio) et non l’une des deux autres options dominantes, soit le modèle Wi-Fi (ou Cloud) que l’on peut consulter via son téléphone, ou les enceintes audio toutes simples. Nous avons abordé cette recherche en gardant l’esprit ouvert, nous avons donné les mêmes chances à ces trois types de babyphones et nous avons fini par déterminer un favori par catégorie.

Portée : la portée est le principal inconvénient d’un modèle RF. Elle est souvent plus longue sur les babyphones audio et on peut consulter un babyphone Wi-Fi à peu près n’importe où. Nous recherchions une portée satisfaisante pour un logement classique, pour pouvoir conserver le signal en haut ou en bas des escaliers, à l’autre bout de la maison et à l’extérieur sur une terrasse ou dans une allée, mais nous n’en demandions pas plus. Nous nous sommes concentrés sur les modèles qui annonçaient une portée d’au moins 200 mètres¹.

Batterie : nous recherchions un babyphone doté d’une batterie pouvant tenir toute une nuit, ou au moins huit heures, sans avoir à être branché sur secteur. Nous avons déterminé que le produit idéal devait savoir mettre son écran en veille pour économiser l’énergie, fonctionner au moins quelques heures sur batterie avec l’écran allumé et se recharger de façon efficace. Nous avons décidé qu’une batterie rechargeable était obligatoire. Nous avons préféré les unités conçues pour être branchées sur secteur via un connecteur USB classique et avons recherché dans les avis et critiques si le rechargement des babyphones était fiable et s’ils tenaient assez longtemps ; une caractéristique malheureusement rare chez les babyphones. Pour les modèles Wi-Fi que l’on peut consulter depuis son smartphone, nous avons regardé si l’utilisation du babyphone avait tendance à vider la batterie du téléphone.

Qualité vidéo et audio : nous recherchions une résolution suffisante pour distinguer les expressions faciales de l’enfant à plus d’un mètre de distance, dans le noir grâce à son mode nocturne, ou en plein jour. L’écran en lui-même n’avait pas forcément besoin d’une définition très élevée, mais il devait être assez grand pour être facilement visible sur une table de nuit. Pour tous les babyphones, mais en particulier pour les modèles audio, nous voulions pouvoir entendre tous les sons clairement, même en réglant le volume au minimum.

Options de l’écran : nous voulions des commandes simples, intuitives et réactives, qu’elles se trouvent sur un écran tactile ou des boutons physiques. Il fallait aussi que le babyphone survive à une chute de la table de nuit et aux manipulations d’un bébé, et de façon générale qu’il soit assez solide pour résister aux aléas de la vie quotidienne avec des enfants en bas âge. Nous ne tenions pas forcément à pouvoir programmer une alarme, utiliser l’écran comme veilleuse ni déclencher des musiques kitsch via la caméra, mais voir l’heure ou la température dans la chambre des enfants est un détail que nous avons apprécié.

Options de la caméra : nous avons préféré l’option qui permet d’orienter et d’incliner la caméra à distance depuis l’unité parentale (utile pour changer de point de vue ou visualiser l’enfant dans son berceau). Parmi les options non-indispensables mais agréables : un zoom, un objectif grand angle et la possibilité de fixer facilement la caméra au mur à l’aide d’un crochet ou d’un clou.

Évolutivité : nous voulions des babyphones capables de s’associer à plusieurs caméras. Que vous ayez plus d’un enfant ou que vous vouliez simplement avoir un œil sur différentes pièces, la possibilité d’ajouter des caméras est suffisamment courante pour que nous en fassions un critère obligatoire.

Sécurité : vous pensez qu’il est peu probable que quelqu’un vienne pirater votre babyphone ? Ou, au contraire, cela vous fait très peur (c’est déjà arrivé selon cet article en anglais) ? Dans tous les cas, certains modèles présentent plus de risques que d’autres. Un article Wired de 2015, en anglais lui aussi, évoque les observations de l’entreprise de sécurité Rapid7, selon lesquelles les babyphones Wi-Fi sont particulièrement vulnérables. Nous nous sommes dit que les utilisateurs pencheraient en faveur des modèles impossibles à pirater et nous avons discuté avec un expert en sécurité pour savoir comment protéger sa vie privée.

Prix : nous recherchions bien entendu le meilleur rapport qualité-prix, mais nous n’avons pas fait du coût un critère ferme car la quasi-totalité des modèles prometteurs que nous avons trouvés sont à moins de 200 euros.

Et, par pitié, rien d’agaçant : nous ne voulions pas de lumière aveuglante, de bip trop fort, d’arrêt intempestif, de signal coupé ni d’autres désagréments, surtout s’ils risquent de réveiller parent ou enfant sans raison.

Nous avons pris tous ces critères en considération, tenu compte des retours et des avis des acheteurs sur Internet, filtré les options et ramené la liste à huit modèles, dans les quatre catégories de notre premier test en 2017 : trois babyphones vidéo RF, trois babyphones Wi-Fi, une caméra de sécurité et un babyphone audio. Depuis, nous avons guetté les sorties de nouveaux modèles et nous avons testé deux babyphones supplémentaires.

Nous avons testé les babyphones chaque jour pendant plusieurs mois, dans trois maisons : l’une de près d’un siècle avec des murs en plâtre, une plus récente avec une construction classique américaine à cloisons sèches et une maison des années 1960 sur deux niveaux avec une allée qui ne se trouve pas au même niveau que les chambres des enfants. Nous avons essayé les babyphones Wi-Fi avec deux routeurs, dans des emplacements différents, pour être sûrs que les problèmes éventuels de connexion venaient bien des appareils et non du réseau Internet.

Pour évaluer la portée, nous avons repoussé les limites des babyphones non Wi-Fi, en testant chaque modèle séparément (nous débranchions les autres pour éviter les interférences). Nous avons effectué des tests complémentaires en installant des unités dans plusieurs chambres différentes (et dans un sous-sol), puis nous avons commencé à marcher et à comparer les distances à partir desquelles la connexion devenait moins fiable.

Pour tester l’autonomie, nous avons chargé à fond les batteries puis nous avons utilisé les appareils pendant plusieurs nuits, surtout en mode audio (avec quelques coups d’œil de temps en temps). Nous avons observé quels modèles duraient toute la nuit et combien de temps ils tenaient le lendemain avant d’être complètement à plat.

Pour évaluer la vision nocturne de chaque caméra, nous avons utilisé les babyphones dans des chambres plongées dans le noir grâce à des rideaux occultants, avec et sans veilleuse. Pour un test plus poussé, nous avons installé les caméras dans une chambre sans fenêtre, au sous-sol, et avons placé une serviette en bas de la porte pour bloquer la lumière. Nous avons orienté toutes les caméras sur le visage d’une poupée à environ deux mètres, puis nous avons consulté les écrans en essayant de ne pas penser à Chucky…

Début 2019, nous avons continué à tester nos favoris à long terme, en évaluant la navigation, l’interface utilisateur, les problèmes courants, la difficulté d’utilisation quand on émerge brutalement d’un sommeil profond à toute heure, et de façon générale ce qui distingue les meilleurs de leurs concurrents.

Notre babyphone favori : Eufy SpaceView

L’arrivée de l’Eufy SpaceView en 2018 a relevé le niveau sur le marché des babyphones, avec une meilleure qualité de vidéo et d’image, une meilleure autonomie de la batterie de l’unité parentale (c’est-à-dire l’écran), une plus grande portée du signal vidéo, une plus belle interface utilisateur et même une plus grande amplitude dans le pivot et l’inclinaison que tout autre modèle de vidéo locale disponible. Les seuls inconvénients réels sont une béquille peu fiable, qui ne maintient pas bien le babyphone, et le fait que ce modèle est encore assez récent. Nous surveillerons de près la fiabilité à long terme de ce babyphone, mais pour l’instant, l’Eufy est nettement supérieur à la deuxième meilleure option disponible, notre choix de longue date, l’Infant Optics DXR-8, et nous sommes confiants en le classant à la première place. Nous le recommandons à tous ceux qui n’ont pas besoin d’un accès à distance via un smartphone ; si c’est le cas, vous devriez vous tourner vers un modèle compatible Wi-Fi, comme l’Arlo Baby.

La portée et l’autonomie de la batterie à elles seules distingueraient déjà l’Eufy des autres babyphones vidéo RF. En laissant de côté les affirmations (floues) des fabricants sur la portée, il est évident en pratique que l’Eufy peut fonctionner avec un peu plus de distance entre l’écran et la caméra que les autres que nous avons testés. Par exemple, alors que l’Infant Optics commence à perdre le signal si nous le sortons dans l’allée du garage, l’Eufy reste connecté même si nous remontons un peu la rue, alors que l’Infant Optics revendique 210 mètres et l’Eufy 140. Ces indications sont donc à prendre avec des pincettes. Sur Amazon, un client qui a possédé les deux modèles affirme que l’Eufy ne souffrait pas des problèmes d’interférence qu’il avait eus avec l’Infant Optics, ce qui renforce notre conclusion selon laquelle sa connexion est plus stable. Un autre utilisateur Amazon confirme nos essais dans l’allée en racontant que l’Infant Optics a perdu le signal lorsqu’il l’a emmené au sous-sol ; ce n’est pas le cas de l’Eufy. Si vous vivez dans un endroit spacieux et que vous souhaitez rester connecté, optez pour l’Eufy.

L’Eufy SpaceView a un design épuré et une interface moderne, mais avec cette béquille décentrée, il se renverse facilement et c’est très agaçant.

L’autonomie de la batterie est une mesure plus concrète, et l’Eufy se distingue à nouveau sur ce point. En utilisant les babyphones non branchés sur secteur (pour vérifier que les enfants font la sieste, en utilisant surtout le son avec l’écran éteint pendant la nuit), nous avons obtenu une autonomie d’environ quinze heures sur la batterie de l’Eufy à pleine charge, alors que l’Infant Optics a tenu au maximum dix heures quel que soit le type d’activité. Cela correspond à peu près aux spécifications du fabricant ; le babyphone Eufy a une batterie de 2 900 mAh, alors que celle de l’Infant Optics fait 1 200 mAh. Les deux modèles se rechargent via un port micro-USB pratique, et aucun d’entre eux ne nécessite de chargeur propriétaire, propre au fabricant.

En ce qui concerne la qualité de l’image, la différence est flagrante entre ces deux appareils. L’écran LCD 720p de 5 pouces de l’Eufy ressemble beaucoup plus à un smartphone moderne que l’écran granuleux de 3,5 pouces 320 × 240 de l’Infant Optics. Inutile d’être un expert en audiovisuel pour voir la différence. L’écran de l’Eufy n’est peut-être pas le plus impressionnant qu’on ait jamais vu, mais il est sans conteste le meilleur de la catégorie vidéo RF. Ses images sont comparables à celles de l’Arlo Baby visionnées sur un smartphone.

Entre l’écran plus grand et la résolution plus élevée, de jour comme de nuit, la qualité de l’image sur l’Eufy surpasse haut la main celle des autres babyphones vidéo RF que nous avons vus.

Avez-vous besoin d’une caméra qui pivote et s’incline ? Cela dépend de l’utilisation que vous comptez en faire dans la pièce. L’Eufy surpasse ici encore l’Infant Optics, avec une caméra qui peut tourner à 330 degrés, contre 135 degrés seulement pour l’Infant Optics (les deux peuvent s’incliner de 110 degrés). Cette flexibilité supplémentaire permet de parcourir une chambre partagée par deux enfants endormis, par exemple, ou de corriger l’angle de vue d’une caméra qui a été bousculée après qu’un enfant s’est couché. L’Arlo Baby ne peut ni pivoter ni s’incliner, pas plus que de nombreux autres modèles Wi-Fi, comme les caméras Nest. Ce n’est généralement pas un problème avec celles-ci, qui bénéficient d’une vision grand angle. Mais si vous vous apercevez que la caméra a été déplacée, vous devrez entrer dans la chambre sur la pointe des pieds pour y remédier.

L’Eufy est fourni avec une plaque de fixation murale qui permet de placer sa caméra en hauteur, si aucune surface plate ne fait l’affaire.

L’interface utilisateur de l’Eufy est de loin supérieure à celle de l’Infant Optics et d’autres concurrents. Preuve une fois de plus qu’il s’agit d’un appareil électronique moderne dans un domaine où la plupart des conceptions sont un peu vieillottes. Les menus sont clairs, colorés et faciles à parcourir, contrairement aux symboles monochromes énigmatiques de l’écran de l’Infant Optics. L’emplacement des boutons est assez banal sur les deux modèles, ce qui est une bonne chose : les deux sont ainsi simples et intuitifs. Enfin, c’est le premier babyphone que nous avons vu qui affichait non seulement la température dans la chambre, mais aussi l’heure de la journée ; des informations très pratiques à consulter d’un coup d’œil quand on est réveillé à 3 h 21 du matin.

En 2019, Eufy a proposé une nouvelle option à l’achat : une deuxième caméra pour le système du babyphone, qui permet de surveiller plusieurs pièces depuis la même unité parentale. C’est une excellente fonctionnalité, mais pas toujours d’un très bon rapport qualité-prix ; le pack classique (caméra et écran) est souvent en promotion, et parfois il ne coûte pas plus cher qu’une seule caméra supplémentaire.

Des défauts qui ne sont pas rédhibitoires

Eufy s’est planté sur l’un des détails les plus simples et les plus importants de l’unité parentale du babyphone : la béquille. La béquille d’Eufy est aussi résistante que le bâtonnet en plastique d’une glace, et elle est décentrée, ce qui fait qu’on renverse très facilement le babyphone en le posant, en appuyant sur un bouton ou tout simplement en le touchant. La durabilité est un point important car il arrive que les enfants mettent leurs mains sur ces objets et, dans l’idéal, ils devraient pouvoir survivre à cette rencontre. Nous craignons que cette béquille ne connaisse un sort similaire à celui de la béquille de l’écran Samsung, un ancien deuxième choix (qui n’est plus commercialisé aujourd’hui) dans ce guide, dont la béquille s’est cassée après avoir été légèrement malmenée par un enfant en bas âge. Le portant de l’Infant Optics est bien supérieur : un stabilisateur robuste et centré avec un design pratique en forme de boucle qui rend l’appareil facile à transporter lorsque vous avez déjà les mains prises. Concernant la robustesse toujours, un acheteur Amazon explique que l’antenne s’est cassée au bout de quelques mois, mais après avoir contacté le service client d’Eufy à ce sujet, il a reçu un tout nouveau babyphone.

La béquille de l’Eufy, fragile et décentrée, ne maintient pas bien le babyphone et semble facile à casser.

Autre défaut que certains utilisateurs Amazon ont mentionné : lorsque l’écran est éteint, il n’y a pas d’indicateur visuel du bruit dans la pièce. Évidemment, si vous montez le son, vous l’entendrez, mais avec l’Infant Optics, même quand le volume du babyphone est très bas, il suffit de jeter un regard dessus puisque des voyants s’allument et indiquent visuellement les niveaux sonores. Si vous travaillez avec des écouteurs pendant qu’un enfant fait la sieste, par exemple, vous pouvez donc voir ces modulations du coin de l’œil. C’est une fonction intéressante quand on en a besoin et ce serait un plus sur l’Eufy.

De même, le babyphone Eufy n’émet aucun bip ou autre signal lorsque la batterie de son écran est épuisée ou lorsque la caméra perd la connexion ou faiblit. Nous pensons que la plupart des parents préféreraient recevoir ce type d’avertissement, et certains critiques expliquent que c’est un point rédhibitoire de ne pas recevoir de signal d’un babyphone qui est sur le point de s’éteindre. Ces sonneries d’alerte sont courantes sur les autres moniteurs, même si elles peuvent être gênantes.

Une dernière considération, qui n’est pas tant un défaut qu’une mise en garde notable : ce babyphone n’est vendu que depuis septembre 2018, il n’a donc pas fait ses preuves en matière de fiabilité à long terme. Néanmoins, nous sommes prêts à croire que le fabricant assurera le service après-vente de ce produit, compte tenu de nos propres impressions positives sur Eufy (notamment en évaluant la société dans notre guide des aspirateurs robots). Les premières critiques de l’Eufy sont solides ; celles qui ont retenu notre attention sont celles de personnes ayant déjà possédé un DXR-8 d’Infant Optics et qui ont pu faire une comparaison : un acheteur a trouvé l’Eufy nettement supérieur ; un autre qui a eu un DXR-8 pendant un an et demi a publié un résumé nuancé à trois étoiles qui a trouvé des compromis entre celui-ci et le nouvel Eufy. Une autre personne a été déçue par le bourdonnement de l’Eufy, qui pourrait être une anomalie.

Notre deuxième choix : Infant Optics DXR-8

Notre deuxième choix

Infant Optics DXR-8

Un babyphone simple qui a fait ses preuves

Avec son interface élémentaire et une qualité d’image acceptable, le très fiable Infant Optics DXR-8 a conquis des milliers de parents, même si son design est dépassé.

Produit indisponible

L’Infant Optics DXR-8 était le meilleur babyphone non Wi-Fi disponible jusqu’à l’arrivée du SpaceView d’Eufy. Bien qu’il soit clairement deuxième derrière l’Eufy, il reste un produit de grande qualité et se distingue des autres concurrents grâce à une interface simple, intuitive et facile à parcourir. Sa portée, sa qualité d’image, son prix et bien d’autres caractéristiques sont comparables à celles des meilleurs concurrents non Eufy. L’un des arguments en faveur du babyphone Infant Optics : il s’agit d’un best-seller, avec un excellent service clients depuis de nombreuses années. La plupart des babyphones reçoivent pas mal d’avis négatifs, mais parmi ses plus de 26 000 avis Amazon, l’Infant Optics ne compte qu’un petit nombre de plaintes.

L’Infant Optics est doté de menus intuitifs, fiables et faciles à parcourir, même si l’interface utilisateur est basique et les commandes assez énigmatiques au début.

L’autonomie de ce modèle, bien qu’inférieure à celle de l’Eufy, a longtemps été la meilleure que l’on puisse obtenir. Le fabricant affirme qu’elle tient dix heures avec l’écran éteint ; nous avons en effet constaté cette durée après une charge complète, même en jetant un œil à l’écran de temps en temps. Ce modèle se recharge également via une connexion micro-USB, ce qui le distingue de ses concurrents, dont certains utilisent des chargeurs CC propres à leur marque qui sont inefficaces et peu pratiques, voire des piles. Le défaut le plus inquiétant qui revient dans les avis à une étoile sur Amazon est celui d’une diminution ou d’une défaillance de l’autonomie de la batterie au fil du temps. Nous n’avons pas rencontré ce problème (pour l’instant).

L’écran de 3,5 pouces, avec une résolution 320 × 240, est de moins bonne qualité que l’écran de 5 pouces 720p de l’Eufy (c’est un peu comme si nous comparions des pommes et des oranges, mais nous devons indiquer qu’il est possible d’obtenir une image plus nette et plus claire avec un babyphone compatible Wi-Fi comme l’Arlo Baby). Malgré tout, la qualité de l’image de l’Infant Optics est suffisamment bonne pour distinguer les détails du visage à un mètre de distance dans une pièce plongée dans le noir. L’interface de l’Infant Optics est simple et intuitive, alors que la plupart de ses concurrents ont des commandes compliquées. Par exemple, lorsqu’on fait pivoter et qu’on incline la caméra, l’Infant Optics réagit immédiatement et peut avancer par très petits paliers. Le texte des menus ressemble à celui d’un vieux Motorola RAZR, et les options de menu ont l’air de hiéroglyphes, mais une fois déchiffrées, elles sont faciles à mémoriser. Une série de quatre boutons permet de faire apparaître le menu et d’effectuer un changement (de volume, par exemple) sans perdre de vue l’image à l’écran. D’autres petites touches sympathiques, comme un écran qui indique la température de la chambre du bébé, distinguent ce modèle de certains concurrents. Mais il n’affiche pas l’heure, contrairement à l’Eufy.

La portée de l’Infant Optics lors de nos tests en maison n’a jamais été un problème et, comme pour les autres modèles que nous avons testés, nous avons dû aller à l’extérieur et remonter la rue avant de perdre le signal. Cependant, de nombreux acheteurs Amazon ont rencontré des problèmes pour garder le signal, en raison d’une portée trop faible ou d’interférences. Quoi qu’il en soit, il est évident, d’après nos tests, que l’Eufy est le meilleur choix sur ce point.

Pour surveiller plusieurs pièces, vous pouvez ajouter jusqu’à quatre caméras Infant Optics supplémentaires, qui s’achètent séparément, pour environ 100 euros. On peut facilement fixer la caméra Infant Optics sur un mur, la faire pivoter à 270 degrés et l’incliner à 120 degrés ; et régler l’unité parentale pour qu’elle effectue un balayage d’une caméra à une autre afin de garder un œil ou une oreille sur tout le monde en même temps, encore une fonction intéressante qui existe sur d’autres modèles.

Le texte des menus ressemble à celui d’un vieux Motorola RAZR, mais les commandes sont faciles à interpréter.

Le DXR-8 est livré avec deux objectifs optiques interchangeables (un objectif standard et un zoom) et on peut également acheter un objectif grand angle. C’est bien d’avoir trois objectifs différents, mais en pratique, nous avons trouvé que le zoom de l’objectif standard était suffisant, et nous pensons qu’il est peu probable que la plupart des acheteurs se donnent la peine de changer d’objectif.

Outre les milliers de critiques positives d’Amazon, Reviewed apprécie ce modèle, relevant qu’il dispose de boutons physiques sur l’unité parentale qui sont plus réactifs que ceux du SEW3043 BrightView HD de Samsung, notre ancien deuxième choix. Rob Pegoraro de PCMag a qualifié le DXR-8 de « Bon », et dans sa critique, il cite l’autonomie de la batterie comme l’une des meilleures caractéristiques. « Ce qui est remarquable, c’est le nombre d’heures que la batterie de 1 200 mAh a tenu », écrit-il. « Infant Optics vante une autonomie de dix heures avec l’écran éteint, mais même en jetant des coups d’œil ponctuels, l’avertissement de batterie faible n’est apparu que douze heures plus tard. »

Un inconvénient à noter : au début de nos tests, nous avons rencontré, comme c’est arrivé à quelques acheteurs, des problèmes avec l’écran du DXR-8. Notre première unité de test marchait très bien au départ, mais après quelques heures de fonctionnement sur batterie, l’affichage a commencé à se déformer, sans rien pouvoir y faire. De même, quelques rares acheteurs Amazon ont signalé des pixels morts au bout d’une année d’utilisation (ici et ici). La bonne nouvelle : ces personnes ont aussi indiqué qu’Infant Optics a remplacé leur babyphone (comme ils l’ont fait pour le nôtre), même hors garantie. Les avis sont souvent positifs concernant le service clients.

On recommande aussi : Arlo Baby

Comme la plupart des babyphones compatibles Wi-Fi, l’Arlo Baby offre plusieurs fonctionnalités que vous ne trouverez pas sur un babyphone vidéo RF plus simple, comme notre premier choix. Vous pouvez accéder à la caméra à distance via votre smartphone (ou ordinateur), inutile de chercher ou charger un écran dédié, puisque c’est votre mobile qui joue ce rôle.

Vous pouvez même stocker des vidéos en ligne si vous le souhaitez. L’Arlo fait partie d’un réseau de caméras de surveillance robuste et fiable, avec un meilleur suivi en termes de prise en charge des applis et de service clients que les autres produits Wi-Fi. Si vous utilisez et aimez déjà les produits Arlo, ce modèle pourrait être un complément logique à votre installation de surveillance à domicile. Néanmoins, quand on utilise le produit dans les circonstances habituelles (la nuit, en arrière-plan, le plus souvent en audio, en jetant un œil de temps en temps à la vidéo), on ne pense pas vraiment à toutes ces fonctionnalités. C’est parce qu’on est trop occupé à essayer de rétablir la connexion et à rester connecté ! Parfois, compter sur l’Arlo signifie accepter un certain niveau de désagrément qu’un babyphone vidéo RF relativement simple ne vous fait jamais subir.

Il est un détail qui distingue vraiment l’Arlo des autres babyphones compatibles Wi-Fi que nous avons essayés. Il peut sembler assez simple, mais est en fait crucial si vous utilisez votre babyphone la nuit : l’Arlo peut diffuser le son via le haut-parleur de votre téléphone quand l’application est en arrière-plan, contrairement à de nombreux autres modèles qui fonctionnent via smartphone et ne marchent que lorsque l’application est au premier plan. Cela vous permet d’utiliser l’Arlo plus facilement pendant que vous dormez. Assurez-vous simplement que votre téléphone est en charge la nuit. En effet, le mode audio seul en arrière-plan (sur un iPhone X lors des tests de l’été 2018) a souvent vidé la batterie du téléphone de plus de 70 % entre le moment où nous nous sommes couchés et celui où nous nous sommes levés, sept heures plus tard.

Le principal avantage d’un modèle Wi-Fi est la possibilité de consulter le flux vidéo à distance, une fonction indispensable pour un parent qui travaille ou voyage et qui souhaite apercevoir l’enfant en son absence. Aucun babyphone à flux vidéo local ne peut offrir cela. La possibilité de stocker des vidéos sur le Cloud est un autre avantage qui n’existe pas chez nos autres choix.

Pour le reste, nos choix vidéo RF et Arlo sont similaires : tous proposent un contrôle de la température ambiante (celui de l’Arlo est plus détaillé, avec des relevés d’humidité et de « qualité de l’air » assez vagues), tous ont la fonction talk-back, qui permet de s’adresser au bébé, ainsi qu’une assez bonne vision nocturne. L’Arlo, contrairement à l’Eufy ou à l’Infant Optics, dispose d’une option de veilleuse multicolore qui semble gadget, mais qui est en fait assez belle et amusante pour une chambre d’enfant.

Mais l’Arlo peut aussi être énervant par moments. Mis à part cette veilleuse, nous avons constaté lors des tests que nous n’utilisions pas la plupart des fonctionnalités supplémentaires, si ce n’est pour les essayer par attrait pour la nouveauté. Et, malheureusement, avec l’Arlo, jeter un coup d’œil super rapide à l’image est rarement aussi simple qu’avec un babyphone vidéo basique. Par exemple, l’Arlo perd souvent sa connexion pendant un court instant. Il faut parfois se reconnecter à l’application. L’application se bloque parfois, affichant des vidéos qui remontent à plusieurs heures, quand elle ne plante pas carrément, parce qu’il faut la mettre à jour, ou rafraîchir le système d’exploitation de votre smartphone par exemple. Ou encore, vous prenez votre téléphone à 4 heures du matin pour vérifier que les enfants vont bien et vous finissez par stresser car vous voyez une autre notification dont vous vous seriez bien passé à cette heure-là.

L’Arlo est vraiment la solution idéale si vous voulez accéder à votre caméra lorsque vous n’êtes pas chez vous.

Une autre différence est que l’Arlo ne peut pas pivoter ni s’incliner comme nos autres choix, donc une fois qu’il est dans une position, il faut vous en tenir à ce que vous voyez. Il a un champ de vision suffisamment large pour filmer une bonne partie d’une pièce d’une dizaine de mètres carrés, et il comprend une plaque de fixation murale pour des options de montage plus polyvalentes (au fait, comme vous le voyez sur nos photos, vous pouvez également retirer ces oreilles et pattes de lapin décoratives si elles obstruent un angle de vue, ou si vous voulez juste qu’il ressemble moins à un jouet et plus à une caméra). Si vous vous trouvez dans un espace plus petit où une vue fixe qui ne vous permet pas de voir tout le lit (ou toute la chambre), et surtout si vous prévoyez de faire pivoter la caméra pour pouvoir jeter un œil à chacun de vos enfants qui partagent la même chambre, il ne fait quasiment aucun doute que l’Eufy vous conviendra mieux.

Comparé à d’autres babyphones vidéo Wi-Fi, l’Arlo présente des avantages. En tant que produit d’un fabricant réputé de caméras de surveillance pour la maison (un modèle Arlo est également un excellent choix dans notre guide en anglais des meilleures caméras de surveillance extérieures), le support d’Arlo pour le matériel et les applis est basé sur un plus grand nombre d’utilisateurs et un historique plus long que celui des babyphones lancés plus récemment. Vous pouvez constater la différence en comparant les dizaines de milliers d’avis positifs sur l’application Arlo au petit nombre d’avis généralement disponibles sur les concurrents équipés du Wi-Fi. Ces avis sur l’application Arlo, qui couvrent plus de vingt mises à jour depuis 2016, indiquent un historique de prise en charge efficace de l’application et des clients satisfaits.

La sécurité de l’application Arlo concernant vos données est une question abordée plus en détail dans nos guides sur les caméras de surveillance extérieures et les caméras de surveillance intérieures, tous deux en anglais. Lors de nos analyses sur la sécurité des babyphones Wi-Fi en général, nous avons constaté que la probabilité qu’une personne pirate votre babyphone est faible… Mais la manœuvre n’est pas impossible, comme nous l’a indiqué dans une interview Mark Stanislav, directeur en ingénierie de la sécurité chez Duo Security. Selon lui (il a également participé aux recherches de Rapid7 sur les vulnérabilités des babyphones Wi-Fi), l’utilisateur dépend de la sécurité de son propre réseau domestique et de la capacité du fabricant à sécuriser tous ses appareils.

Vous pouvez contrôler l’Arlo via plusieurs plateformes, dont Alexa, HomeKit, Google Assistant et IFTTT. La caméra elle-même peut fonctionner sans fil sur une batterie rechargeable pendant plusieurs heures (ce qui est impossible sur tous les autres babyphones que nous avons testés) et elle peut suivre et enregistrer la température ou l’humidité dans la chambre d’un enfant sur plusieurs jours. Vous pouvez lui demander de vous avertir si elle détecte des températures, des niveaux d’humidité ou une qualité de l’air inhabituels. Concernant ce dernier critère (mesure des composés organiques volatils, ou COV), le manuel de l’Arlo Baby (PDF en anglais) suggère d’ouvrir une fenêtre ou de supprimer la source des COV (notre choix « On recommande aussi » dans notre guide en anglais des meilleurs purificateurs d’air est l’un des rares qui élimine réellement les COV, mais il n’est pas donné). Si vous trouvez que les notifications sont trop fréquentes, vous pouvez paramétrer le déclenchement des alertes (en augmentant le seuil jusqu’à 26 °C, par exemple, si vous ne voulez pas qu’une notification vous dise qu’il fait trop chaud à 24 °C).

Parfois, compter sur l’Arlo signifie accepter un certain niveau de désagrément qu’un babyphone vidéo RF relativement simple ne vous fait jamais subir.

Les tendances qui ressortent dans la plupart des avis d’utilisateurs confirment nos conclusions, diverses personnes ayant noté l’excellente qualité vidéo et, souvent, ayant finalement attribué une mauvaise note au produit en raison de son incapacité à maintenir une connexion constante, de problèmes avec l’appli ou avec ses mises à jour, qui ne fonctionnent pas avec leur téléphone, ou d’autres problèmes de connexion.

Voici une situation dans laquelle l’utilisation de ce babyphone pourrait être une meilleure solution pour vous : si vous utilisez déjà des caméras de surveillance Arlo chez vous (et que vous venez d’avoir un bébé, félicitations !), vous pouvez l’acheter en guise de babyphone, puis le reconvertir en caméra de surveillance classique, en complément de vos autres produits Arlo, quand vous n’aurez plus besoin de surveiller votre enfant.

Choix petit budget : VTech DM221

Le babyphone audio VTech DM221 est le meilleur choix dans cette catégorie ; il est souvent en tête des ventes chez de nombreux revendeurs, avec des avis très positifs (quatre étoiles sur cinq sur 5 500 avis Amazon, fin 2018) et des notes tout aussi élevées chez Walmart, Target et BuyBuy Baby. Nous voulions recommander un babyphone vidéo moins cher, mais tous les modèles que nous avons essayés à un prix nettement inférieur à celui-ci présentaient des problèmes si importants (généralement une mauvaise qualité vidéo et des soucis de connexion permanents) que nous pensons qu’un babyphone audio haut de gamme offre un bien meilleur rapport qualité-prix pour un budget limité.

Comme vous pouvez vous en douter, la fonction de réponse vocale et la qualité audio en général sont très bonnes, bien meilleures que les fonctions de réponse vocale rudimentaires que l’on trouve sur de nombreux modèles vidéo. Avec une batterie qui tient environ 19 heures à pleine charge, ce babyphone a la meilleure autonomie parmi tous ceux que nous avons testés (la comparaison n’est pas tout à fait juste, car c’est le seul à ne pas avoir d’écran à alimenter). D’une portée de 300 mètres, il dépasse celle de nos autres modèles, aussi bien en théorie que dans la pratique pendant les tests.

La poignée du babyphone VTech peut aussi servir de veilleuse.

À environ un tiers du prix d’un bon babyphone vidéo, le VTech est un modèle beaucoup plus abordable. Pour la plupart des utilisateurs, perdre la vidéo est un grand sacrifice, et nous pensons que la majorité des parents qui recherchent leur premier babyphone préféreront pouvoir jeter un œil sur leur bébé. Mais le Vtech pourrait convenir aux parents de jeunes enfants qui veulent remplacer un babyphone défaillant et qui savent qu’ils utiliseront surtout le babyphone la nuit pour entendre leur enfant pleurer à l’autre bout de la maison. De nombreux utilisateurs l’ont également trouvé pratique pour communiquer entre adultes, en particulier pour les aidants qui doivent pouvoir entendre lorsqu’un adulte à mobilité réduite ou qui a des problèmes de santé a besoin d’assistance dans une autre pièce.

Par rapport aux autres babyphones audio que nous avons examinés, le VTech présente au moins un avantage de base qui le fait sortir du lot sans problème : soit il a une portée plus longue, soit il dispose d’une source d’alimentation plus pratique (d’autres nécessitent des piles AAA ou des câbles), soit il coûte simplement moins cher et/ou est plus facilement disponible.

Parmi les avis négatifs, la plainte qui revient le plus souvent concerne les problèmes de connectivité, que ce soit la difficulté à se connecter au départ, ou l’interruption aléatoire de la connexion pendant l’utilisation. Ces reproches ne constituent qu’une faible minorité parmi des avis majoritairement positifs, et nous n’avons pas rencontré ce type de défaut lors de notre test. L’une des conséquences de la perte de connexion (que ce soit par un lien rompu ou par un débranchement manuel de la caméra) est qu’elle entraîne l’émission d’un bip aigu, fort et répétitif sur l’unité parentale. C’est énervant, surtout si cela se produit au milieu de la nuit, mais vous ne devriez pas avoir à l’entendre si tout va bien.

Un lecteur nous a écrit pour nous dire qu’il n’avait obtenu que quatre à cinq heures d’autonomie sur le VTech, et non pas les 19 heures constatées lors de nos tests. Nous nous sommes renseignés auprès de VTech et avons découvert que l’autonomie peut varier considérablement : en mode « veille », soit quand l’appareil ne détecte pas de son, le fabricant a mesuré que la batterie tenait jusqu’à huit jours. VTech affirme que dans ce qu’il appelle une utilisation « normale », dans laquelle l’appareil détecte le son, utilise la fonction talk-back et active d’autres fonctionnalités qui sollicitent la batterie, cette dernière tient environ sept heures à pleine charge. VTech note que l’âge de la batterie et les niveaux de sensibilité réglés par l’utilisateur affectent également la résistance de la batterie. Ainsi, bien que l’autonomie de 19 heures de notre test soit supérieure à la moyenne (et que les quatre à cinq heures du lecteur soient inférieures), aucun des deux résultats n’est irréaliste.

La concurrence

La caméra Nest Cam Indoor a beaucoup de succès chez ceux qui veulent un appareil plus polyvalent qu’un babyphone dédié. Lors de nos tests, nous avons constaté (comme de nombreux autres parents) qu’elle jouait parfaitement le rôle d’un babyphone. Si vous avez déjà une caméra Nest, faites un essai avant d’acheter autre chose. Pour un nouvel achat, nous recommandons l’Arlo avant tout parce qu’il est nettement plus facile à utiliser pendant la nuit.

Les deux produits sont similaires à bien des égards : pour l’un comme pour l’autre, il s’agit d’un fabricant réputé qui a fait ses preuves en matière de fiabilité de l’assistance. Vous bénéficiez également d’une excellente qualité d’image, d’une très bonne vision nocturne et de la possibilité de vérifier le flux vidéo depuis votre téléphone où que vous soyez (une possibilité qui présente des inconvénients, comme nous l’avons noté en recommandant l’Arlo). La Nest propose un moyen pratique de noter l’heure des événements sur la vidéo, ce qui peut être utile pour suivre les horaires de sieste et de réveil (une fonctionnalité qui n’existe pas sur l’Arlo). Mais le principal inconvénient de la Nest est qu’on ne peut pas entendre le son lorsque l’appli est en arrière-plan, ce qui signifie que si vous voulez l’utiliser pendant la nuit, vous êtes obligé de laisser la vidéo tourner ; d’autres babyphones, comme l’Arlo, passent en mode audio beaucoup plus facilement. Il est par ailleurs plus difficile de garder un œil sur le babyphone pendant votre pause détente, car si vous passez à une autre application, le son de la Nest disparaît.

Le Samsung SEW3043 BrightView HD était auparavant notre deuxième choix. Il comptait un écran plus grand et une meilleure qualité vidéo que l’Infant Optics, mais son écran tactile était imposant, ses commandes agaçantes et l’autonomie de sa batterie plus faible. Il n’est plus fabriqué aujourd’hui.

L’iBaby M6S était une ancienne recommandation pour un babyphone compatible Wi-fi, mais il est moins performant que l’Arlo. Il présente quelques aspects positifs similaires, tels que l’accès à partir de votre téléphone n’importe où (inutile donc d’avoir un écran distinct dédié) et la possibilité d’enregistrer les images vidéo. Cependant, comme nous l’avons constaté lors de tests à long terme (et pu le vérifier dans les avis négatifs de l’iBaby), l’application est assez mal faite et les déconnexions sont un problème persistant.

Pour une fraction du prix de notre premier choix et moitié moins cher que notre recommandation « son uniquement », le babyphone audio VTech DM111 offre des fonctionnalités simples, mais vous finirez par dépenser beaucoup plus en piles (ou devrez les recharger) si vous voulez déplacer l’unité parentale : des dizaines d’acheteurs expliquent que ce modèle vide les piles en quelques heures seulement.

Environ un tiers des avis sur le modèle bon marché HelloBaby HB24, un best-seller sur Amazon et l’un des modèles que nous avons testés, sont négatifs : le babyphone ne peut pivoter qu’une fois que la caméra a zoomé, l’inclinaison est manuelle et la vision nocturne est de mauvaise qualité.

Bien qu’ils soient classés parmi les meilleures ventes de babyphones sur Amazon, les Motorola MBP36S et MBP33S ont autant d’avis négatifs que positifs. De nombreux acheteurs se plaignent d’une faible autonomie de la batterie et d’une qualité et robustesse insuffisantes. Le site BabyGearLab a également attribué une mauvaise note à ces modèles, soulignant des « images et un son décevants sur une unité parentale difficile à utiliser ».

La mauvaise qualité et le manque de solidité sont le fléau de nombreux babyphones. Les avis des acheteurs sur Amazon et d’autres sites signalent que le HelloBaby HB32 ; les Motorola MPB854Connect, MBP36XL, MBP33XL, MBP41 et MBP843Connect ; l’Infant Optics DXR-5 ; les Summer Infant Dual View, In View 2.0 et Sure Sight 2.0 ; les Levana Jena, Ayden et Astra ; les Philips Avent SCD570 et SCD630/SCD637 ; et les VTech VM342-2 et VM343 ne fournissent pas les fonctionnalités promises et commencent à tomber en panne en l’espace d’un an, voire beaucoup plus tôt.

En ce qui concerne les autres modèles compatibles Wi-Fi, nous ne recommandons pas d’acheter l’Ezviz Mini O, le babyphone vidéo Wi-Fi Palermo, ni le LeFun C2, qui, selon les acheteurs Amazon, présentent tous des problèmes de connectivité, entre autres. Nous avons écarté un autre modèle Wi-Fi que nous avons testé, l’Evoz Glow, parce qu’il était plus difficile à installer que l’iBaby, notre ancienne recommandation, et parce qu’il n’était pas sensiblement meilleur que l’iBaby pour le reste.

Un autre babyphone Wi-Fi connu est le Withings Home, que nous avons écarté sans l’avoir testé. L’inconvénient le plus notable du Withings est qu’actuellement plus d’un tiers des utilisateurs Amazon lui donnent deux étoiles ou moins (sur cinq), en mentionnant des problèmes similaires à ceux que l’on voit sur la plupart des autres babyphones vidéo Wi-Fi : une mauvaise connectivité, une mauvaise qualité d’image, des capteurs de qualité de l’air peu fiables et des problèmes généraux de qualité et de solidité. En réponse à certains de ces avis négatifs, Nokia a déclaré envisager d’apporter des améliorations à ce modèle. Pour la version remaniée, le Nokia Home Video & Air Quality Monitor, les avis sont tout aussi négatifs (l’appli reçoit aussi des avis défavorables).

Le babyphone vidéo Babysense semble avoir du succès (même si Fakespot, qui évalue la fiabilité des avis, a attribué un C à ses avis) et son écran vidéo est plus petit que celui de notre favori. L’autonomie de la batterie est peut-être un peu plus faible (le fabricant ne donne pas d’indication sur l’autonomie de la batterie, et de nombreux acheteurs expliquent qu’ils laissent le babyphone branché ou arrivent à une autonomie acceptable en utilisant uniquement le son). Il compte de nombreuses autres fonctionnalités en commun avec notre favori, comme une fonction talk-back bidirectionnelle, des options pivot/inclinaison/zoom et l’affichage de la température.

Le Wide View 2.0 de Summer Infant ne possède pas certaines des fonctionnalités importantes de notre premier choix, notamment l’inclinaison et le pivot, ni un capteur de température. Bien que le modèle Panorama de la marque intègre ces fonctions, de nombreux acheteurs Amazon affirment que la qualité de l’image des deux babyphones est mauvaise, surtout la nuit.

Le Levana Alexa n’offre pas d’inclinaison, de pivot, ni de zoom, ce qui ne permet pas de profiter pleinement de son écran relativement grand de 5 pouces.

Le babyphone vidéo numérique Anmeate, l’Amcrest AC-1, le babyphone vidéo Beleef et le babyphone vidéo numérique Homyway ont reçu des notes élevées sur Amazon, mais Fakespot a attribué un F à ces avis pour leur manque de fiabilité.

Un certain nombre d’acheteurs Amazon affirment que la nouvelle version du Philips Avent DECT, uniquement audio, ne comporte plus certaines des caractéristiques clés du modèle précédent, notamment des piles rechargeables et une longue portée.

Les utilisateurs du Project Nursery PNM5W01 signalent des problèmes de portée, de perte de signal et de charge de la batterie. Bien qu’il coûte plus cher que notre favori, l’Eufy, rien ne prouve qu’il est plus performant.

La caractéristique principale de la Cocoon Cam est sa capacité à surveiller la respiration d’un bébé. Cela peut sembler intéressant, car la plupart des parents s’inquiètent à ce sujet chez les nouveau-nés, mais notre réticence à considérer cet élément est liée à deux détails qui distinguent l’Arlo des autres modèles Wi-Fi. Premièrement, l’appli Cocoon n’est pas très bien notée et, deuxièmement, il y a moins de preuves que cette société peut sécuriser vos données par rapport à Arlo, fabricant d’une plateforme de caméras de surveillance largement répandue.

Nous avons écarté le babyphone WiFi Safety 1st HD sans le tester pour les mêmes raisons que la Cocoon Cam : des avis encore plus mauvais sur l’appli, et aucune raison de croire que la société peut se montrer aussi ou plus efficace qu’Arlo pour la maintenance du produit ou la sécurisation des données.

Bien que l’Owlet Smart Sock 2 soit techniquement un babyphone, il sort du cadre de ce guide car il surveille des mesures médicales et ne fournit pas un simple aperçu vidéo ou audio de votre bébé.

Le MoonyBaby Monitor est doté d’un grand écran de 4,3 pouces, mais nous l’avons écarté parce que la caméra ne peut pivoter ou s’incliner de façon à voir toute la pièce. Le fabricant propose un modèle avec une fonction pivot/inclinaison, mais avec peu d’avis jusqu’à présent, nous ne pouvons pas le recommander non plus avant d’avoir davantage de preuves de sa fiabilité.

Nous avons écarté le Willcare Video Baby Monitoring System parce que la caméra ne peut pas pivoter ni s’incliner et qu’elle n’a pas reçu assez d’avis pour prouver qu’elle est suffisamment fiable pour remplacer notre favori (auquel ce modèle ressemble beaucoup, du moins en ce qui concerne la conception de l’écran parental).

Le babyphone Nanit possède certaines des caractéristiques de l’Arlo, ainsi qu’une appli qui offre une analyse plus poussée du sommeil et du développement de votre bébé, en plus du flux vidéo classique. Néanmoins, il coûte plus cher que l’Arlo, ne bénéficie pas de la solide prise en charge et de la sécurité de l’appli Arlo et présente les mêmes problèmes de connectivité que tous les autres modèles Wi-Fi que nous avons vus.

Notes

  1. Les instructions du fabricant pour la plupart des babyphones RF précisent « 200 mètres, ligne de mire, pas d’obstruction ». De toute évidence, à la maison, le mur de la chambre obstrue le signal dans la plupart des cas, donc il faut légèrement revoir à la baisse les 200 mètres annoncés. Nous avons constaté que cette portée était suffisante pour une bonne réception dans une maison de taille moyenne. Revenir au texte.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *