Wednesday , October 21 2020
Home / ARTIFICIAL INTELLIGENCE / l’Etat récolte près de 3 milliards d’euros

l’Etat récolte près de 3 milliards d’euros

Dans le grand feuilleton de la 5G, on s’attendait à une dernière saison haletante, celle des enchères, qui devait permettre aux opérateurs de se partager les fréquences de cette nouvelle technologie de téléphonie mobile succédant à la 4G. Au mieux, ce n’aura été qu’une mini-série. Au bout de trois jours à peine, les quatre principaux protagonistes (Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR) ont abattu leurs dernières cartes et, en définitive, c’est au scénariste de cette saga que va revenir la mise : l’Etat va empocher 2,786 milliards d’euros.

Le suspense avait en partie été tué par les règles du jeu fixées par l’Autorité de régulation des communications et des postes (Arcep). Le gendarme des télécommunications avait fait en sorte que la plus grande partie du spectre dévolu aux ondes 5G soit attribuée à un prix fixe aux opérateurs, chacun obtenant un bloc de 50 mégahertz (MHz) au prix de 350 millions d’euros. Ne leur restait alors que 11 lots de 10 MHz à se départager aux enchères, au prix plancher de 70 millions d’euros l’unité, afin de s’assurer la meilleure qualité de service vis-à-vis de leurs concurrents.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Télécommunications : coup d’envoi des enchères 5G en France

Dans cette configuration, l’Etat pouvait espérer au minimum 2,17 milliards d’euros de recette. Il n’en aura pas retiré tellement plus, en tout cas bien moins que ce qu’ont empoché l’Italie ou l’Allemagne (environ 6,5 milliards d’euros chacune). L’hypothèse d’un scénario à l’italienne – où les montants atteints ont été jugés irrationnels – n’était jugée par les observateurs du marché français ni probable ni souhaitable, au vu des obligations de déploiement de la 4G, de la fibre et de la 5G désormais, auxquelles sont soumis les opérateurs français.

« Calmer les marchés financiers »

Au bout du compte et, sans surprise, Orange arrache le plus grand nombre de lots, quatre, devant SFR, trois, et Bouygues Telecom et Free, deux chacun. Pour ceux qui ont vécu les enchères de l’intérieur, c’est clairement Orange qui a mené la danse, en réclamant d’entrée cinq lots, le maximum autorisé. Un autre opérateur a exprimé le même souhait au début des enchères, mais, rapidement, les concurrents d’Orange ont rabaissé leurs offres pour éviter que les prix s’envolent. Il a fallu attendre le 17e tour pour que s’achèvent les enchères à un prix unitaire du lot de 126 millions d’euros.

Pour Stéphanie Char, experte des télécommunications à l’Idate, groupe de réflexion spécialisé dans l’économie numérique, l’offensive d’Orange n’a rien d’étonnant. Il s’agissait pour le groupe de « redorer son blason » et de réaffirmer sa prépondérance sur le marché français afin de « calmer les marchés financiers ». « Il lui fallait montrer qu’il avait la force de frappe pour couvrir tout le territoire en 5G comme il l’a fait en 4G », ajoute-t-elle.

Il vous reste 43.4% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *