Friday , September 18 2020
Home / ARTIFICIAL INTELLIGENCE / On a testé… le jeu vidéo « Tell Me Why », la suite spirituelle de « Life Is Strange »

On a testé… le jeu vidéo « Tell Me Why », la suite spirituelle de « Life Is Strange »

Mary-Ann est morte. Mère célibataire, elle élevait ses filles jumelles dans une maison isolée d’un coin tranquille de l’Alaska. Cette nuit-là, alors qu’elle semblait perturbée depuis un moment déjà, elle a été prise d’un coup de folie, a saisi un fusil, et celle de ses filles âgée de 11 ans l’a poignardée avec des ciseaux pour protéger sa sœur.

Dix ans plus tard, le même personnage s’appelle désormais Tyler. Ce dernier est convaincu que sa mère a cherché à le tuer parce qu’elle n’acceptait pas qui il était. Le jeune transgenre cherche à économiser de l’argent pour se faire opérer dans le cadre d’une transition. Il sort tout juste du centre Fireweed, où il a d’abord purgé sa peine, puis est resté travailler comme éducateur. Il est désormais temps pour Tyler de retouver sa sœur, Alyson, qu’il n’a pas vue depuis la mort de leur mère : il faut mettre en vente la maison familiale, restée dans le même état qu’à l’époque, fantômes du passé compris.

Ces retrouvailles à haut risque forment le point de départ de Tell Me Why, le dernier jeu narratif du studio Dontnod (30 euros, PC et consoles, sortie du dernier chapitre jeudi 10 septembre), déjà créateur du très réussi Life Is Strange. Tell Me Why reprend une bonne partie des ingrédients qui avaient fait le succès de son prédécesseur : une histoire haletante, des personnages charismatiques et crédibles et un soupçon de surnaturel, le tout porté par une bande-son parfaitement ajustée.

Lire aussi « Life Is Strange », éloge de la lenteur

Dans ses meilleurs moments, le jeu, divisé en trois chapitres que l’on explore en deux à quatre heures chacun – à son rythme –, offre des séquences de vraie émotion, servies par des dialogues subtilement écrits et par une approche sensible et sans clichés de sujets complexes – transidentité, deuil, secrets de famille… Cette histoire d’enquête mi-policière, mi-intime laisse aussi affleurer de petites touches de poésie, en faisant s’entremêler les histoires fantastiques écrites par la mère pour ses jumeaux avec les pistes de l’enquête.

Aventure accrocheuse et immersive

Résolument contemplatif, le jeu propose de longues séquences au cours desquelles l’on peut parfaitement poser sa manette et suivre le déroulé de l’histoire sans jamais devoir intervenir. Ce qui n’est pas, en soi, un défaut, car ce sont plutôt les moments où Tell Me Why semble se souvenir qu’il est un jeu vidéo – et impose alors des séquences interactives un peu forcées – qui nuisent à l’expérience. Dans un magasin, on vous demandera de choisir des marchandises sans que cela n’ait le moindre impact sur l’histoire ; une longue séquence de fouille dans un commissariat impose des allers-retours mécaniques et sans intérêt ; quelques puzzles ont été glissés çà et là, presque comme à contrecœur.

Ces moments – ainsi que divers problèmes de traduction dans la version sous-titrée en français – extraient quelque peu le joueur d’une aventure par ailleurs accrocheuse et immersive. Même constat vis-à-vis des choix – parfois un peu étonnants –proposés aux joueurs. Ainsi, tout comme dans Life Is Strange, il est possible de décider de la manière dont va réagir un personnage dans un moment-clé. Mais Tell Me Why vous demande parfois de choisir quelle est la « bonne » version, lorsque les jumeaux (qui ont le pouvoir de faire ressurgir leurs souvenirs d’enfance) ne se remémorent pas une scène de la même manière. Ce qui place le joueur dans une position paradoxale : alors qu’il enquête pour comprendre ce qui s’est passé, on lui laisse le soin de choisir quelle est la vérité…

Ces soucis de rythme ne suffisent pas à faire oublier la qualité de l’ensemble, sa plongée sensible dans une famille déchirée par un événement traumatisant. Mais on pourra regretter que Tell Me Why n’aille pas tout à fait au bout de sa propre logique.

L’avis de Pixels

On a aimé :

  • Un scénario très réussi avec un dénouement bien ficelé
  • Des personnages attachants et émouvants
  • Une atmosphère prenante, servie par une bande-son parfaitement calibrée

On a moins aimé :

  • Des séquences pesantes et qui n’apportent pas grand-chose
  • Des petits coups de mou, notamment dans le premier chapitre
  • Quelques incohérences

C’est plutôt pour vous si…

  • Vous aimez les jeux narratifs et vous avez adoré Life Is Strange
  • Vous avez binge-watché la série Bloodline, dévoré le roman de Celeste Ng La Saison des feux
  • Vous rêvez secrètement de vivre en Alaska (mais pas à Juneau, la grande ville d’à côté où les jumeaux rêvent de déménager et que tout le monde leur décrit comme un antre de perdition bien trop peuplé avec ses 30 000 habitants)

Ce n’est pas pour vous si…

  • Vous détestez les jeux bavards
  • Vous êtes paralysé à l’idée de devoir choisir entre deux barres chocolatées
  • Vous détestez les situations de conflit.

La note de Pixels :

Deux chapitres / trois

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *