Saturday , September 19 2020
Home / ARTIFICIAL INTELLIGENCE / “On y croit”, lancent les Amis de la Terre qui estiment que cela “sauvera l’emploi”

“On y croit”, lancent les Amis de la Terre qui estiment que cela “sauvera l’emploi”

L’association écologiste attend des “précisions” sur ce moratoire, pour savoir notamment si cela “concernera bien également les entrepôts de e-commerce, comme c’était l’intention des citoyens”.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le gouvernement s’est dit, mardi 29 juin, favorable à un moratoire sur les zones commerciales proposé par la Convention citoyenne pour le climat. “A un moment donné, il faut dire stop”, a déclaré Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie. La ministre de la Transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne, a de son côté promis de “mettre un sacré frein à la construction des centres commerciaux qui ont poussé ces dernières décennies en sortie de ville”.

“On y croit”, a lancé sur franceinfo Alma Dufour, chargée de campagne Modes de production et de consommation responsables de l’association les Amis de la Terre. “On attend un gel des procédures en cours d’instruction parce qu’il ne faudrait pas que l’application de ce moratoire dans la loi arrive trop tard pour de nombreux projets”, alerte-t-elle, rappelant qu’il y a “un principe de non-rétroactivité dans la loi”.

Alma Dufour espère que l’Etat n’autorisera pas “en catimini beaucoup de projets avant que la loi passe” et assure que les Amis de la Terre seront “très vigilants sur les projets qui sont en cours d’instruction”. La responsable de l’association les Amis de la Terre cite notamment l’entrepôt Amazon de Belfort, “mais il y a aussi plein de projets de centres commerciaux en cours d’instruction qui vont être autorisés dans les prochaines semaines”, précise-t-elle. “Il va falloir que le gouvernement demande aux préfets de geler ces instructions pour que la loi puisse avoir un vrai effet, un effet complet.”, estime la militante écologiste.

Alma Dufour assure qu'”on sauvera l’emploi en empêchant les grandes zones commerciales en périphérie et les grands entrepôts de e-commerce”.”La question des emplois est une question très cruciale”, souligne-t-elle. “Quand on a un projet, on va regarder les créations d’emplois, et il y a rarement des analyses poussées sur les emplois que ça va détruire.” Elle évoque des chiffres “absolument consternants” sur le e-commerce notamment.

Un entrepôt Amazon ou Alibaba va détruire en réalité deux fois plus, voire 2,5 fois plus d’emplois dans toute la France que ce qu’il va en créer de façon directe dans un entrepôt.Alma Dufour, Les Amis de la Terreà franceinfo

“Donc la préservation de l’emploi, poursuit Alma Dufour, ce n’est pas en ajoutant les structures commerciales et d’entrepôts qui vont se faire concurrence les uns les autres. Ils sont responsables de la fermeture des petits commerces de centre-ville qui, eux, emploient beaucoup plus.”

Les Amis de la Terre attendent donc des “précisions” sur ce moratoire, pour savoir notamment si cela “concernera bien également les entrepôts de e-commerce, comme c’était l’intention des citoyens”. L’enjeu de l’artificialisation “concerne aussi les entrepôts”, insiste Alma Dufour. Elle souligne par ailleurs que l’enjeu de la surproduction des produits, le fait d’ajouter des équipements commerciaux sur des axes ou des équipements commerciaux, génère “une situation où on en est à mettre sur le marché plus de 39 vêtements par habitant français par an, donc des quantités absolument énormes qui nuisent à la lutte contre le changement climatique, affirme Alma Dufour.

L’empreinte carbone de nos importations est déjà supérieure aux émissions qu’on émet chaque année sur le territoire national.Alma Dufourà franceinfo

Alma Dufour “se félicite que le gouvernement, que le président” soutiennent “la limitation réglementaire des hectares artificialisés par les collectivités locales” proposée par la Convention citoyenne. “La réflexion sur la surproduction engagée par le gel de toutes les structures commerciales est un bon pas.” Mais les Amis de la Terre estiment que “les propositions ne sont pas encore suffisantes pour réduire de 65% les émissions de CO2 de la France d’ici 2030, comme le demandent les scientifiques pour le climat”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *