Wednesday , October 21 2020
Home / ARTIFICIAL INTELLIGENCE / pour le « goûteur » de « Top Chef », « les vidéos doivent décomplexer le cuisinier »

pour le « goûteur » de « Top Chef », « les vidéos doivent décomplexer le cuisinier »

Jonathan Knowles / Getty Images

Par Elvire von Bardeleben

Publié aujourd’hui à 11h16

C’est une invasion. En France, nul ne peut échapper aux images de cuisine. A la télé, la onzième saison de « Top Chef » a réalisé pendant le confinement sa meilleure audience depuis huit ans avec 3,98 millions de téléspectateurs pour sa finale ; les recettes en live de Cyril Lignac (« Tous en cuisine ») s’installent régulièrement sur M6 et son livre de recettes photographiées à l’iPhone s’est écoulé à plus de 300 000 exemplaires.

Baptiste Aubour.

Depuis une petite dizaine d’années, une vague food s’est aussi abattue sur nos écrans mobiles, avec la montée en puissance de WebTV comme ChefClub diffusant des « tuto » rigolos de recettes relayées sur Facebook ; et un tsunami de gâteaux en trompe-l’œil, salades colorées et burgers ruisselant de gras a déboulé sur Instagram (242 millions de publications sous la bannière #foodporn). Comment s’y retrouver dans cette orgie visuelle légèrement écœurante ?

Le trentenaire Baptiste Aubour est bien placé pour répondre : diplômé d’un master en managemant et marketing de la restauration, il est devenu expert en vidéos de recettes après avoir été directeur de création chez ChefClub. Et produit désormais des clips de cuisine « survivaliste » qui cartonnent sur Tik Tok. Il est aussi « goûteur » pour « Top Chef », conseiller et agent d’Adrien Cachot, le candidat adoré des Français qui a échoué en finale. En 2020, il a lancé son agence de conseil Ventre, car, comme il aime à le rappeler, « les 200 millions de neurones de notre ventre en font notre deuxième cerveau ».

Qu’est-ce qu’une bonne photo de cuisine ?

Les seules qui retiennent encore mon attention sont extrêmement précises, comme dans Modernist Cuisine [Taschen, 2011], un livre où le jambon est scanné pour qu’on observe chaque détail, où la Cocotte-Minute est sciée en deux pour expliquer son fonctionnement. Mais honnêtement, la photo culinaire, j’en ai trop vu ! Pour moi, elle a encore sa place dans les beaux livres de chef qui décorent les bibliothèques. Mais à part ça, elle ne correspond plus vraiment à notre époque.

Pourquoi ?

La génération de chefs qui a aujourd’hui 60-70 ans a inventé des techniques nouvelles, comme le gâteau au cœur coulant de Michel Bras, qu’on avait envie de découvrir en photo. Quand Jean-François Piège, pour qui j’ai un grand respect, développe en 2017 l’idée de ses « mijotés modernes », il ne fait qu’intellectualiser une cuisson qui existe déjà, celle en cocotte avec des aromates. La cuisine est si codifiée aujourd’hui qu’il n’y a plus de place pour l’invention. Le rôle des chefs est plutôt de proposer une expérience. Et la photo est trop inerte pour y parvenir, seule la vidéo permet au cuisinier de partager son univers.

Il vous reste 68.46% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *