Friday , September 18 2020
Home / ARTIFICIAL INTELLIGENCE / Pourquoi Donald Trump veut aussi interdire l’application de messagerie WeChat

Pourquoi Donald Trump veut aussi interdire l’application de messagerie WeChat

L’affrontement commercial entre les Etats-Unis et la Chine s’est poursuivi dans la nuit du jeudi 6 au vendredi 7 août. Le président américain, Donald Trump, a signé deux décrets interdisant aux Américains toute transaction commerciale aux Etats-Unis d’ici 45 jours avec deux applications chinoises : TikTok et WeChat. Ces décrets pourraient menacer la présence et l’usage de ces applications sur le territoire américain – des entreprises comme Apple et Google pourraient, par exemple, devoir les retirer de leurs magasins d’applications pour smartphones et tablettes.

Lire aussi Donald Trump signe deux décrets contre les applications chinoises TikTok et WeChat

La première concernée, TikTok, qui permet de créer ou de voir des vidéos le plus souvent humoristiques ou musicales, est aujourd’hui bien connue du grand public. Cela fait plusieurs semaines que Donald Trump a l’application dans le viseur, cette dernière étant soupçonnée par le monde politique américain de détournement des données des utilisateurs – alors que TikTok appartient à l’entreprise chinoise ByteDance.

  • Qu’est-ce que WeChat ?

La deuxième application, WeChat, est moins connue hors du marché chinois. Elle est pourtant l’une des messageries écrites et vocales les plus utilisées dans le monde : plus de 1 milliard de personnes utilisent ce service né en 2012.

Lire aussi L’application chinoise WeChat dépasse le milliard de comptes

WeChat est éditée par l’entreprise Tencent, poids lourd commercial chinois, et l’une des plus grandes entreprises technologiques de la planète, qui a réalisé de nombreux investissements dans le monde entier. Il propose également des solutions de paiement sans contact et de transfert d’argent, utilisables essentiellement en Chine. L’application peut également être utilisée pour commander un taxi, réserver un hôtel, etc.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La messagerie WeChat reste cantonnée à l’empire du Milieu

L’application a cependant été épinglée à plusieurs reprises pour son utilisation des données personnelles. Selon une enquête de l’ONG Citizen Lab, spécialisée dans la surveillance en ligne, les images et fichiers envoyés entre utilisateurs situés hors de Chine sont ainsi analysées par WeChat pour entraîner l’algorithme utilisé en Chine – qui permet, par exemple, de censurer certains contenus. Les utilisateurs chinois ne peuvent en effet pas envoyer certains messages en raison du contrôle et de la censure exercés par l’Etat chinois sur l’Internet du pays.

  • Tencent, l’un des plus importants conglomérats du monde

Hors des frontières, Tencent n’est pas un nom aussi connu que Microsoft, Google et Amazon. Ce conglomérat est pourtant l’un des plus puissants de Chine, et propose des services qui vont de l’e-commerce à la culture, en passant par les réseaux sociaux.

Fort de son assise en Chine, Tencent a multiplié les investissements dans le monde entier. Dans le jeu vidéo, le groupe est devenu un acteur majeur, possédant 100 % de l’entreprise Riot Games – éditeur de League of Legends, jeu multijoueur à la scène e-sport professionnelle très développée – et 40 % d’Epic Games, le studio derrière un autre phénomène multijoueur récent : Fortnite. Ces deux jeux sont aujourd’hui parmi les plus populaires de la planète.

Lire aussi Riot Games, roi de l’e-sport, veut « faire des jeux vidéo qui durent des décennies »

Dans l’industrie musicale, Tencent est également un actionnaire minoritaire d’Universal et de Warner. Le conglomérat, qui possède l’un des réseaux sociaux les plus populaires de Chine, a également investi en 2019 dans Reddit, un forum américain qui compte des centaines de millions d’utilisateurs ; de même que dans l’application de messagerie Discord.

Le texte signé par Donald Trump visant spécifiquement WeChat et Tencent interdit à toute personne, entreprise ou institution américaine d’engager une transaction financière avec Tencent « liée à WeChat ». Cette interdiction prendra effet le 20 septembre, soit 45 jours après publication du décret.

La formulation du texte a fait craindre à certains analystes de l’industrie du jeu vidéo que le décret n’attaque également d’autres branches de Tencent de manière indirecte, par exemple Riot Games et League of Legends. Mais la Maison Blanche, interrogée sur le sujet, a assuré au quotidien Los Angeles Times que le texte signé par Donald Trump concerne uniquement le service WeChat.

  • Quel sera l’effet du décret ?

Tout comme le texte visant TikTok et ByteDance, ce décret pourrait forcer Apple et Google, qui distribuent WeChat sur les téléphones Android et les iPhone, à retirer les applications de leurs magasins. Sur les téléphones Android, néanmoins, il serait tout à fait possible pour WeChat de mettre son application en téléchargement direct sans passer par le magasin de Google.

Cependant, le décret explique aussi que les transactions concernées par cette interdiction seront précisées par le gouvernement américain le 20 septembre : ce qui signifie qu’à l’heure actuelle, il est impossible de prévoir exactement ce qui sera interdit précisément dans 45 jours pour les opérations de WeChat et TikTok liées aux Etats-Unis.

Contrairement à TikTok, dont le rachat est actuellement étudié et négocié par l’entreprise Microsoft, qui en discute directement avec ByteDance, aucune information ne fait à l’heure actuelle état d’un possible rachat de WeChat, partiellement ou totalement.

Lire aussi TikTok interdit aux Etats-Unis ? Les réponses à vos questions
  • Un texte qui risque d’être attaqué en justice

Pour signer de tels décrets, le président américain doit en principe déclarer une urgence nationale. Ici, Donald Trump s’appuie sur l’« urgence nationale » déclarée le 15 mai 2019, et qui ciblait spécifiquement des investissements étrangers dans des entreprises et services technologiques utilisés sur le territoire américain.

Le président utilise l’IEEPA (International Emergency Economic Powers Act), un texte qui l’autorise à prendre des décisions vitales en matière de commerce dans le cas d’une urgence nationale. Mais l’IEEPA ne peut pas, en principe, être utilisé pour interdire, « directement ou indirectement (…), toute communication postale, téléphonique, télégraphique ou personnelle qui n’implique pas un transfert de valeurs ». TikTok a déjà annoncé son intention d’engager des poursuites judiciaires « auprès des tribunaux américains ».

Lire aussi « Si les Etats-Unis interdisaient TikTok, ce serait le début d’une plus sérieuse balkanisation d’Internet »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *